A PROPOS DE LA LIBERTE D'EXPRESSION

Publié le par Tournys

Quelques pistes de réflexion
à propos de la liberté d’expression

 

 

            Dans le jeu de la vie, la liberté d’expression demande surtout que chacun élève son niveau de conscience et apprenne à se connaître pour tout à la fois ne pas s’autocensurer - ce qui met dans un malaise qui peut aller jusqu’à l’autodestruction -, et ne pas tomber dans la provocation génératrice de conflit et de guerre.

Il y faut une grande vigilance, le souci du discernement et l’acceptation des conséquences qui s’en suivront. Selon les cas, il peut être juste d’autocensurer une remarque qui peut s’avérer blessante ou inutilement provocatrice, ou au contraire l’autocensure peut être nuisible lorsqu’elle est lâcheté devant les « petits tyrans » et les « grands tyrans » qui abusent de leurs positions dominantes.

Beaucoup de personnes cherchent toujours un bouc-émissaire, faute de vouloir reconnaître qu’elles sont responsables de ce qui leur arrive, malgré les apparences souvent trompeuses.

Les lois certes sont nécessaires, mais elles ne vaudront jamais que ce que valent les gens qui les appliquent ; et tous ceux qui ont eu affaire à la justice humaine savent d’expérience que c’est un labyrinthe pénible dont on ne sort que très rarement indemne, même si « justice vous est rendue » ! Les problèmes relationnels existent et sont quasi inévitables dans une société aussi hétérogène que la nôtre, mais on peut très souvent éviter de faire un problème sur le problème par réactivité inutile, voire nuisible.

Dans les sociétés humaines, les lois elles-mêmes, dues  aux législateurs souvent incompétents, bornés dans leurs certitudes idéologiques, voire pire, au service des lobbies qui les finances, sont rarement « justes ». D’où leurs perpétuelles réformes qui complexifient les problèmes au lieu de les résoudre et les « injustices » sans nombre de la pseudo-justice.

L’idée à creuser est celle de « justesse ». S’efforcer d’être dans la justesse permet la souplesse en fonctions des circonstances qui appellent des réponses différentes selon les cas. Quant à ce qui est « juste », il convient de s’élever au-delà des notions ambivalentes de « bien » et de « mal », tant l’enfer se révèle pavé de bonnes intentions et tant certaines choses dites « mauvaises », « malheureuses », se découvrent avec le temps ne pas l’être tant que cela !

**************************************************************************

Publié dans Article

Commenter cet article