EST-CE NOUS QUI PENSONS ?

Publié le par Tournys



«  Actuellement sur Terre l’on parle beaucoup de mental, mais en fait personne ne sait véritablement ce qu’est “le Mental” : on le confond avec le cerveau, l’intellect ou autre confusion
[1] »…
« Le Plan Mental est le plan des Idées Pures, le plan de “l’imagination Créative” et à partir de là, et intellect, et cerveau fonctionneront avec Equilibre, Solidité, Justesse.
Le Mental a un Pouvoir de Réceptivité et de réalisation, de capteur et de Donneur, action Epicentrique et Gnomocentrique, incomparable.[2] »
Loin de la ratiocination mentale égoïque, le cerveau émet justement une pensée en référence au Plan Mental, de là l’Idée émise en répondance est reçue par le Cerveau ; ainsi se produit l’incarnation de l’action juste. Il est dit, encore, entre autres, : « Sons, Couleurs, Rythmes participent au mécanisme de votre cerveau[3] » ; « “Il suffit d’être une Idée” et “Une Idée ne se pense pas”. Quelques fois, elle sort d’on ne sait où, et dans la dualité du Bien et du Mal, il y a bien sûr “les bonnes et les mauvaises idées”, mais ce sont de bonnes et de mauvaises “pensées”, car le Plan de l’Idée est déjà le Plan de l’Origine et s’apparente avec l’Activité du Mental.[4] » 
Gustav Meyrink en témoigne : « Est-ce que je “crée” effectivement, ou bien mon imagination n’est-elle en fin de compte qu’une espèce d’appareil récepteur magique ? Quelque chose comme une antenne dans la télégraphie sans fil ?[5] » La réponse est donnée, « nous sommes “pensés” par ces “images” : nous ne les pensons pas ![6] » Et le même auteur d’écrire : « Quelle malédiction que la pensée ! On croit la concevoir avec le cerveau, alors qu’en réalité elle fait du cerveau ce qui lui plaît, et elle est plus indépendante qu’aucun être vivant.[7] »
 


[1] L’Instruction du Verseur d’Eau, op. cit., p. 429.
[2] Idem., p. 435.
[3] Idem., p. 427.
[4] Ibid., p. 436.
[5] Le Dominicain Blanc, La Colombe, 1963.
[6] L’Inspiration, op. cit., p. 194
[7] Gustav Meyrink, Le Visage Vert.

Commenter cet article

Annabelle 28/02/2008 23:38

Attention alors de ne pas devenir "le jouet" de ses représentations comme le dit Epictète:
"Devant tout ce qui t'arrive pense à rentrer en toi-même et cherche quelle faculté tu possèdes pour y faire face. Tu aperçois un beau garçon,une belle fille? Trouve en toi la tempérance. Tu souffres? Trouve l'endurance. On t'insulte? Trouve la patience. En t'exerçant ainsi tu ne seras plus le jouet de tes représentations."